Podcasts
La toge et le pallium
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Manuel Charpy
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Mardi 28 février 2017
Manuel Charpy
Une autre mode ? Le marché de la fripe aux XIXe et XXe siècles

Déjà présent au XVIIIe siècle, le commerce de la fripe prend au XIXe siècle une autre échelle commerciale et devient un espace central de la fabrication des identités dans une société où les apparences vestimentaires se réinventent. En parallèle, dès le XIXe siècle, émerge une consommation de la fripe volontairement marginale et qui ne cesse de se développer contre l'uniforme bourgeois puis contre le prêt-à-porter considéré comme un emblème de la société de consommation. Vêtements anciens, vêtements uniques car marqués par l'histoire, uniformes militaires dégradés... : la fripe offre une matière à toutes les contestations. Cette conférence veut considérer ensemble circuits commerciaux, pratiques marchandes et usages sociaux des fripes, aussi populaires que dans les marges « artistes », et ce aux XIXe et XXe siècles.

Manuel Charpy, agrégé d'arts appliqués et docteur en histoire, est chargé de recherche au CNRS / IRHIS Université de Lille 3. Il travaille sur l'histoire de la culture matérielle dans ses dimensions sociales, économiques, techniques et culturelles, en Europe et aux États-Unis. Il travaille actuellement à des ouvrages sur les usages sociaux du portrait au XIXe siècle, sur l'histoire du commerce et de la consommation de la fripe aux XIXe et XXe siècles, sur le commerce de la curiosité et à un ouvrage intitulé Le Théâtre des objets.

Réflexions sur la "seconde peau" (ou le problème d...
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Mardi 3 mai 2016
Clotilde Félix-Fromentin
Réflexions sur la "seconde peau" (ou le problème des peaux de l'homme)

La métaphore de la seconde peau en cosmétique, habillement, architecture, présume-t-elle d'un nouvel « idéal de luxe » en design?

La formule « seconde peau » est utilisée de façon récurrente actuellement autant dans le domaine cosmétique, vestimentaire que celui des atours des bâtiments. Cette métaphore intéresse l'intervenante dans le cadre d'une recherche sur les enveloppes de l'homme, artificielles versus biologiques ou écologiques dans un jeu d'échelle à partir du corps en relation avec son environnement. Elle explore le sujet au prisme d'une vision « prothétique » du design qui s'est déployée notamment avec une belle fortune depuis les années 1920 à partir d'une analogie biologique et évolutionniste, promue par Le Corbusier notamment, invitant à considérer tout artefact humain à l'instar d'un prolongement corporel : l'architecture comme membrane, l'objet comme membre, etc.

La perspective la plus intéressante de cette conception serait de présager un nouvel « idéal de luxe » (Adrian Forty) intégrant le schème industriel, défini par une expérience esthétique complète, sociale en même temps qu'auto-érotique. C'est avec Paul Valéry pour guide et son Problème des Trois Corps que l'intervenante choisit de discuter les conditions de possibilité d'une nouvelle « cosmique ».

Une conférence de Clotilde Félix-Fromentin, designer et chercheur au Lacth (laboratoire de l'école d'architecture et de paysage de Lille), auteur d'une thèse sur le thème suivant : "Entre habit et habitacle, design de l'habiter : penser l'enveloppe, vers un paradigme de la textilité" (2013).

 

Chantal Jaquet
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00

36, Quai d'Austerlitz - 75013 Paris - France — T. +33 (0)1 70 38 89 89 — F. + 33 (0)1 70 38 89 00 — ifm@ifm-paris.com — Plan d'accès

Conférence des grandes écoles