Podcasts
Eugénie Briot
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
La mode globalisée et le désir d’authenticité
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
mardi 12 décembre 2017
Lynda Dematteo
La mode globalisée et le désir d’authenticité

Le système de la mode se trouve actuellement dans une situation paradoxale. D'une part, les grandes marques ont constitué des chaînes globales de production d'une très grande complexité et de l'autre, elles doivent vendre sur le marché des produits qui seraient spécifiquement d'un pays pour répondre aux désirs des consommateurs. Leur omniprésence à l'échelle globale prouve qu'elles sont parties prenantes du processus d'accélération des flux de marchandises, mais elle doivent également re-territorialiser leurs produits pour en attester la valeur. Décrire les stratégies qui permettent aux entreprises d'effectuer ce retour commercial aux racines permet de mieux saisir les enjeux identitaires de la mode. La description ethnographique de MilanoUnica, la plateforme globale des tissus 100% Made in Italy sera l'occasion d'avancer quelques hypothèses sur la manière dont l'identité est produite à l'ère globale.

Lynda Dematteo est diplômée de Sciences Po Lille et docteur de l'EHESS en anthropologie sociale et en ethnologie. Sa thèse sur la Ligue du Nord a été éditée en France par les éditions du CNRS et en Italie par Feltrinelli. Elle a été recrutée au CNRS pour mener des recherches sur l'impact de la globalisation sur la vie politique en Europe et elle étudie actuellement le patriotisme économique en pratiquant une ethnographie multisite (Milan, Shanghai et New York).

La toge et le pallium
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Manuel Charpy
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Mardi 28 février 2017
Manuel Charpy
Une autre mode ? Le marché de la fripe aux XIXe et XXe siècles

Déjà présent au XVIIIe siècle, le commerce de la fripe prend au XIXe siècle une autre échelle commerciale et devient un espace central de la fabrication des identités dans une société où les apparences vestimentaires se réinventent. En parallèle, dès le XIXe siècle, émerge une consommation de la fripe volontairement marginale et qui ne cesse de se développer contre l'uniforme bourgeois puis contre le prêt-à-porter considéré comme un emblème de la société de consommation. Vêtements anciens, vêtements uniques car marqués par l'histoire, uniformes militaires dégradés... : la fripe offre une matière à toutes les contestations. Cette conférence veut considérer ensemble circuits commerciaux, pratiques marchandes et usages sociaux des fripes, aussi populaires que dans les marges « artistes », et ce aux XIXe et XXe siècles.

Manuel Charpy, agrégé d'arts appliqués et docteur en histoire, est chargé de recherche au CNRS / IRHIS Université de Lille 3. Il travaille sur l'histoire de la culture matérielle dans ses dimensions sociales, économiques, techniques et culturelles, en Europe et aux États-Unis. Il travaille actuellement à des ouvrages sur les usages sociaux du portrait au XIXe siècle, sur l'histoire du commerce et de la consommation de la fripe aux XIXe et XXe siècles, sur le commerce de la curiosité et à un ouvrage intitulé Le Théâtre des objets.

36, Quai d'Austerlitz - 75013 Paris - France — T. +33 (0)1 70 38 89 89 — F. + 33 (0)1 70 38 89 00 — ifm@ifm-paris.com — Plan d'accès
  — Régles de confidentialité

Conférence des grandes écoles