Podcasts
Réflexions sur la "seconde peau" (ou le problème d...
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Mardi 3 mai 2016
Clotilde Félix-Fromentin
Réflexions sur la "seconde peau" (ou le problème des peaux de l'homme)

La métaphore de la seconde peau en cosmétique, habillement, architecture, présume-t-elle d'un nouvel « idéal de luxe » en design?

La formule « seconde peau » est utilisée de façon récurrente actuellement autant dans le domaine cosmétique, vestimentaire que celui des atours des bâtiments. Cette métaphore intéresse l'intervenante dans le cadre d'une recherche sur les enveloppes de l'homme, artificielles versus biologiques ou écologiques dans un jeu d'échelle à partir du corps en relation avec son environnement. Elle explore le sujet au prisme d'une vision « prothétique » du design qui s'est déployée notamment avec une belle fortune depuis les années 1920 à partir d'une analogie biologique et évolutionniste, promue par Le Corbusier notamment, invitant à considérer tout artefact humain à l'instar d'un prolongement corporel : l'architecture comme membrane, l'objet comme membre, etc.

La perspective la plus intéressante de cette conception serait de présager un nouvel « idéal de luxe » (Adrian Forty) intégrant le schème industriel, défini par une expérience esthétique complète, sociale en même temps qu'auto-érotique. C'est avec Paul Valéry pour guide et son Problème des Trois Corps que l'intervenante choisit de discuter les conditions de possibilité d'une nouvelle « cosmique ».

Une conférence de Clotilde Félix-Fromentin, designer et chercheur au Lacth (laboratoire de l'école d'architecture et de paysage de Lille), auteur d'une thèse sur le thème suivant : "Entre habit et habitacle, design de l'habiter : penser l'enveloppe, vers un paradigme de la textilité" (2013).

 

Chantal Jaquet
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Sophie Kurkdjian
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Mardi 03 jfévrier 2015
Sophie Kurkdjian
Une histoire de la presse féminine des années 1910 à 1940

Reflets de l’évolution des modes et « lieux essentiels de la construction des identités sociales et culturelles », les journaux de mode connaissent un développement à la fois quantitatif et qualitatif durant la première moitié du XXe siècle. À travers le cas des publications lancées par les deux éditeurs parisiens Lucien Vogel et Michel de Brunhoff – La Gazette du bon ton (1912), Le Style parisien (1915), Les Élégances parisiennes (1916), Vogue français (1920), et Jardin des modes (1920), Sophie Kurkdjian étudie l’évolution des formats (illustration, mise en page) et des contenus (représentations des modes, du corps, des femmes) de ces journaux, en insistant aussi sur le rôle joué par leurs journalistes, dessinateurs et photographes dans l’histoire de la mode et l’histoire de la presse féminine de la première moitié du XXe siècle.

Sophie Kurkdjian est docteur en histoire de l’université Paris I et chercheur associée à l’IHTP-CNRS. Sa thèse (Lucien Vogel et Michel de Brunhoff, parcours de deux éditeurs de presse illustrée au XXe siècle) a été publiée en décembre 2014 (Paris, Institut Universitaire Varenne). Elle travaille sur l’histoire de la presse féminine, les acteurs de la presse (éditeurs, journalistes, dessinateurs et photographes), ainsi que sur les transferts culturels en matière de presse entre la France, l’Allemagne et les États-Unis au XIXe et XXe siècle.


Autour de la question du corset
1ère partie

00:00
2ème partie

00:00
3ème partie

00:00
Mardi 13 janvier 2015
Marc Donnadieu
Autour de la question du corset

Le corset ne se résume pas à l'image que nous en avons aujourd'hui et qui provient directement de son usage au cours du XIXe siècle : celle d'un dessous affinant la taille des femmes essentiellement. En fait, le corset, présent dès l'Antiquité, vers 1700 avant J.-C., est un vêtement tantôt masculin tantôt féminin. À l'instar d'un crayon et d'une gomme vestimentaire, il souligne ou reproportionne, affine ou gonfle, magnifie ou sublime ainsi les formes et les courbes vestimentaires comme corporelles selon les époques, mais surtout affirme un maintien, une droiture et une rigidité de la silhouette des femmes mais aussi des hommes (redingote, gilet du costume 3 pièces, veste des officiers militaires...). Il s'affirme comme inséparable d'une histoire de la beauté et du goût mais aussi des conventions sociales au prix de variations et de réaménagements encore à l'ordre du jour.

Marc Donnadieu est, depuis septembre 2010, conservateur pour l'art contemporain au LaM (Lille Métropole musée d'Art moderne). Depuis le milieu des années 80, il exerce une activité de critique d'art sous le nom de Charles-Arthur Boyer. Il a été rédacteur pour la revue d'art contemporain Art Press de 1994 à 2011, et a également participé à plusieurs dizaines de catalogues et d'ouvrages monographiques dans les domaines de l'art, de la photographie, de l'architecture, du design ou de la mode contemporaine.

36, Quai d'Austerlitz - 75013 Paris - France — T. +33 (0)1 70 38 89 89 — F. + 33 (0)1 70 38 89 00 — ifm@ifm-paris.com — Plan d'accès

Conférence des grandes écoles